Instagram

Contemporary African Art Collection by Jean Pigozzi

HOME ARTISTS EXHIBITIONS NEWS PRESS BOOKS ABOUT US LINKS HD GALLERY CONTACT

Jean Pigozzi, collectionneur possédé par l'Afrique - AFP/Le Point

Le collectionneur Jean Pigozzi, ici à New-York le 11 avril 2017, expose une partie de sa collection à la Fondation Vuitton © AFP/Archives / ANGELA WEISS

Il a "inventé" le selfie, mais uniquement avec des stars, et cultive sa désinvolture de richissime héritier. Jean Pigozzi possède la plus grande collection d'art africain contemporain, dont un "best of" est exposé à la Fondation Vuitton, à Paris, mais il n'a jamais mis les pieds en Afrique.
"Je suis très content de faire cette expo, je me retrouve à 500 mètres de l'endroit où je suis né", dit Jean Pigozzi de sa voix de basse. "Je fréquentais le bowling qui était à l'emplacement de la Fondation Vuitton, et le Jardin d'acclimatation, avec les singes aux fesses roses".
Son père, l'industriel turinois Enrico Teodoro Pigozzi fonda en 1935 la marque d'automobiles Simca. Licencié lors du rachat de la société par Chrysler en 1963, il meurt peu de temps après d'une crise cardiaque, laissant un confortable héritage à ses enfants, Jean et Caroline, journaliste proche du pape François.
Âgé de 65 ans, Jean Pigozzi a eu plusieurs existences.
Dans les années 70, ce colosse tout en rondeurs s'installe à Los Angeles, fréquente la jet set et côtoie les stars avec lesquelles il se prend en photo. A-t-il inventé le selfie comme l'assure la légende ? Difficile à dire mais il est certainement un des premiers à l'avoir pratiqué avec de multiples célébrités, de John Belushi à Catherine Deneuve. Au point d'en faire des livres où il publie aussi des photos des fêtes organisées dans la sompteuse villa de famille du Cap d'Antibes.
Mais la grande affaire de sa vie est la collection d'art africain contemporain qu'il a constituée à partir de 1989. Le déclic est venu de l'exposition "Les Magiciens de la Terre" au Centre Pompidou, dévolue aux arts contemporains non occidentaux. "Je suis allé la voir le dernier jour, juste avant la fermeture, les gardiens me poussaient vers la sortie". Jean Pigozzi est séduit.

Cap sur le Japon

"J'étais collectionneur comme un notable de province. J'avais un petit Wahrol, un petit Schnabel, une petit Sol LeWitt... Ce n'était pas une collection intéressante", confie Jean Pigozzi. "Charles Saatchi (grand collectionneur britannique) m'avait dit +il faut que tu te spécialises+".

[...]

S'il n' a pas renoncé à l'art africain, Jean Pigozzi s'est lancé il y a six ans dans une nouvelle aventure: les jeunes artistes japonais. "Personne ne les connaît, il n'y a pas un livre sur l'art contemporain japonais". Mais contrairement à l'Afrique, il se rend régulièrement au Japon.

[...]



Read More


Jean Pigozzi, collectionneur possédé par l'Afrique - AFP/Le Point - Press Review - © 2010-2017 The Contemporary African Art Collection - Contact Caacart - Seydou Keita Photographer, the official website, new, click here