Jean Pigozzi offre 45 pièces d’art moderne africain au MoMA - Le Journal des Arts
Le collectionneur italien né à Paris réserve sa première donation à un musée américain.


Jean Pigozzi au Musée de la Photographie de Berlin, 1er juin 2017
© Photo Paul Zinken / DPA / dpa Picture-Alliance


Le MoMa avait annoncé que sa réouverture en octobre prochain dans des locaux agrandis s’accompagnera d’une plus grande visibilité des arts non-occidentaux. Pour ce faire, le musée d’art moderne de Manhattan pourra s’appuyer sur les 45 pièces d’artistes sub-sahariens offertes par le collectionneur d’art africain, et héritier d’une grande fortune italienne, Jean Pigozzi.

Annoncée le 22 juillet, cette donation comprend plusieurs maquettes sculptées par Bodys Isek Kingelez, des masques de Romuald Hazoumè, quelques toiles figuratives de Cheri Samba ainsi que des photographies prises par Seydou Keïta. Elle inclut aussi L’alphabet bété de l’artiste ivoirien Frédéric Bruly Bouabré, un syllabaire de 448 pictogrammes à partir duquel ce dernier a retranscrit plusieurs contes et poèmes traditionnels.

C’était après avoir parcouru l’exposition « Magiciens de la terre » organisée par le Centre Pompidou en 1989 que Jean Pigozzi avait décidé de constituer une collection d’art africain contemporain. Il s’était dit « sidéré » par la présentation d’œuvres venues du monde entier sans « l’influence de l’Occident, de ses musées, de ses galeries ».

Un an plus tard, Jean Pigozzi fondait la Contemporary African Art Collection (CAAC). Les quelque 10 000 œuvres qui composent aujourd’hui ce fonds privé genevois ont été rassemblées entre 1989 et 2009 par le galeriste français André Magnin, spécialiste de l’art sub-saharien.

Dépourvue d’espace d’exposition permanent, la collection du CAAC a été présentée dans plusieurs institutions internationales : le Musée Guggenheim de Bilbao, la Tate Modern de Londres et, en 2017, la Fondation Louis Vuitton dans le cadre de l’exposition « Art/Afrique, le nouvel atelier ».

« Il y a 7 ans, nous avions engagé une conversation avec Jean à propos d’un don issu de son exceptionnelle collection a indiqué le directeur du MoMA Glenn D. Lowry avant de préciser que le résultat de ces échanges aura un réel impact sur les programmes d’exposition du MoMA et la réorganisation actuelle de son accrochage ».

De son côté, Jean Pigozzi s’est dit « fier » et espère que son don « ouvrira les yeux à des millions d’amateurs d’art sur une production importante, mais encore trop méconnue ».

Read More