EXPOSITION ITINÉRANTE : Utopies africaines contemporaines - Le Temps
Par Eric Tariant



«Si nous voulons bâtir une Afrique unie, nous devons le faire solidement et la fonder sur nos convergences culturelles», soutenait le président sénégalais lors de la fondation de l’Organisation de l’unité Africaine en 1963. Ces convergences culturelles sous-tendent aujourd’hui l’exposition panafricaine itinérante «Prête-moi ton rêve», passée par Casablanca cet été. Prochaine étape à Dakar, le 6 décembre.



«Le secret d’un petit poisson devenu grand», Chéri Samba.
© Fouad Maazouz


C’est une première. Une exposition panafricaine itinérante organisée en Afrique par des Africains et pour des Africains. Tout un symbole: celle-ci se tient trente ans après Magiciens de la terre qui avait réuni, en 1989 à Paris – c’était alors inédit –, des artistes de tous les continents, dont des Africains. Las, les successeurs de ces derniers, les Chéri Samba (Congo), El Anatsui (Ghana), William Kentridge (Afrique du Sud), Barthélémy Toguo (Cameroun) et Abdoulaye Konaté (Mali), de plus en plus présents et valorisés sur la scène internationale, sont, en revanche, très peu exposés, et donc très mal connus sur leurs terres, dans leurs propres pays.



Homo planta II , Barthélémy Toguo, 2018.
© Fouad Maazouz


Pour remédier à cette injustice, à cet oubli, et montrer que les Européens et les Américains n’ont pas le monopole des grandes expositions, comme Africa Explores (New York, 1991), Short Century (Munich, Berlin, New York, 2001 et 2002) et Africa Remix (Paris, Düsseldorf, Stockholm, 2004-2006), les organisateurs du road show Prête-moi ton rêve ont réuni 28 artistes africains à Casablanca (Maroc), du 20 juin au 31 juillet, dans un premier temps.

De Dakar au Cap

Six autres étapes suivront: la seconde se tiendra à partir du 6 décembre au Musée des civilisations noires à Dakar (Sénégal) puis, dans un ordre encore incertain, à Abidjan (Côte d’Ivoire), Lagos, Addis-Abeba et Le Cap, avant de revenir au Maroc, à Marrakech, durant l’été 2020. «Il est important que les publics puissent voir, en Afrique, des œuvres de ces artistes de grande qualité, que la jeune génération puisse interagir avec eux. La transmission est primordiale», insiste Yacouba Konaté, co-commissaire de l’exposition, directeur de [...]

Lire aussi: Les combats de Barthélémy Toguo

Read More