Photo : Seydou Keïta au Grand Palais - Le Monde
M le magazine du Monde | 10.05.2016 à 11h04 • Mis à jour le 10.05.2016 à 15h14 | Par Claire Guillot

Trois cents photos du plus célèbre portraitiste malien, disparu il y a quinze ans, sont présentés.

Dans les années 1950, à Bamako, toute la bonne société venait se faire photographier chez Seydou Keïta (1921-2001). Posant avec des objets symboles de la réussite sociale – moto, poste de radio, voiture –, souvent prêtés par le photographe, jeunes et vieux voulaient donner la meilleure image d’eux-mêmes.



Et le ­photographe, en un seul cliché, savait résumer la profondeur des regards, capturer l’éclat et la dignité des modèles. ­Certaines de ses images ne sont pas sans rappeler les portraits d’August Sander, l’Allemand qui avait tenté, dans les années 1930, de mettre en boîte toute la société allemande.

En 300 images, le Grand Palais rend aujourd’hui hommage au plus célèbre des portraitistes maliens : femme en costume traditionnel, jeune branché aux fausses lunettes, enfant en béret et culottes courtes sont là dans d’immenses photos de près de deux mètres de haut. Des tirages modernes, spectaculaires certes, mais moins émouvants que les petits portraits d’époque présentés en fin de parcours.

Read More